Vous prendrez bien un sucre ?

Petit à petit, l’équipement pour la maison commence à nous être livré ; les ménagères en inox, les trois premières Nespresso sur les cinq attendues et bientôt les Galeries Lafayettes devrait recevoir la vaisselle et notamment les très jolis déjeuners en porcelaine que nous avons choisis.

En parlant de déjeuner, vendredi nous avons reçu les blocs de pierre qui serviront à refaire les encadrements et les linteaux des portes à l’étage. Grâce à leur merveilleuse couleur jaune, on croirait des morceaux de sucre de canne géants sagement alignés, prêts à être trempés dans le café.

Chamboule tout !

Après la coupure des fêtes de fin d’année, nous avons repris les travaux dans la maison. Couvreurs, électriciens, maçon, plombier… C’est une ruche ! Cela sort, cela rentre. Ca coupe, ça scie, ça cogne et surtout ça fait beaucoup de poussières ! Aussi après avoir “éventré” le rez-de-chaussée et le premier étage, les cloisons sont remontées, les câbles électriques distribués, le plancher renivellé et la toiture devrait être terminée dans 10 jours.

Surprises surprises !

Finalement, nous avons pris la décision de casser les plafonds, les pentes et les cloisons pour voir l’état de de la charpente et ainsi pouvoir remonter des cloisons isophoniques et isoler convenablement la toiture. Finalement, pas de mauvaises surprises de ce côté-là, la charpente magnifique sera du plus bel effet une fois décapée et traitée. Par contre, le plancher tel un millefeuille fait de contreplaqué, d’aggloméré et de moquettes, a laissé place une fois démonté à un ancien parquet de châtaignier qu’il nous a fallu, la mort dans l’âme, supprimer pour découvrir des solives et des chevrons dévorés par les insectes. L’odeur un peu âcre qui persistait dans la maison venait de ce plafond jonché de nids et de nourriture en tout genre accumulée depuis des décennies par les mulots, loirs et autres rongeurs.

La prochaine étape sera de redresser et soutenir une grosse poutre avant de songer au renivelage pour poser un nouveau parquet en châtaignier. Mais ceci est une autre histoire…

La piscine

Aujourd’hui première réunion de chantier avec les artisans ! Mais avant cela, retour en arrière côté piscine. Mi-août, Armés de seaux, de pelles et de gants mapa, nous découvrons notre bassin, vaste étendue d’eau d’un beau vert profond et bien protégée du soleil par une végétation des plus dense ! Un immense thuya aux reflets dorés laisse mollement tremper ses branches dans ce marécage où s’épanouit une population de grenouilles, salamandres et autres batraciens. Un épais tapis d’aiguilles marrons du plus bel effet rejoint les ronces et les herbes folles qui ont eu raison de ce qui était autrefois la plage… Deux bonnes semaines de nettoyage, c’est le temps qu’il nous faudra avant de prendre un bain bien mérité dans une eau certes, un peu fraîche mais cristalline ! 

Dans un écrin

Après avoir abattu une haie de thuyas ainsi que des laurières envahissantes, la maison semble être posée au milieu d’une clairière. L’air embaume la sève des arbres fraîchement coupés, des champignons piétinés et l’humus de la forêt environnante. Tout craque et piaille des oiseaux et des écureuils qu’on a dérangés. A peine séparé d’un rideau d’arbres des raies de soleil filtrent à travers les feuillages et nous offrent un tapis changeant sur la pelouse et la maison qui n’en reviennent pas d’être enfin dans la lumière !